Actif ou passif ca dépend !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Tous les gays qui s’assument ont certainement déjà entendu cette question déplacée, voire carrément vulgaire : « Alors, tu fais l’homme ou la femme ? ». Cette remarque, pouvant faire l’objet d’une réflexion passionnante autour de la perception de la sexualité gay par les hétérosexuels, met une notion intéressante en exergue : celle du rôle dans le sexe gay. En effet, dans l’imaginaire collectif, un homme gay est forcément actif ou passif, mais ne peut pas changer de rôle, pour devenir le pénétré ou le pénétrant. Cette remarque hétérocentrée soulève également la question de la pénétration obligatoire lors d’un plan cul gay, mais ce n’est pas le sujet de cet article. En effet, ici, nous allons tenter de mettre un terme aux idées reçues, en ce qui concerne le rôle actif et passif lors de rapports homosexuels. Vous allez découvrir que les préférences sexuelles de chacun ne sont pas figées dans le marbre et qu’elles peuvent évoluer en fonction du partenaire, de la période de la vie, etc. Poursuivez votre lecture, pour en savoir un peu plus.

Actifs ou passifs, les rôles ne sont jamais inversés dans le sexe gay : FAUX

Pour étayer nos propos, nous vous proposons de découvrir un sondage réalisé par la très sérieuse entreprise de sondages d’opinion IFOP, concernant les rapports sexuels entre hommes homosexuels. Celle-ci démontre que la versatilité est aujourd’hui devenue la norme et que la rigidité de genre n’est plus à l’ordre du jour. Que faut-il comprendre par là ? Eh bien, en réalité, peu de gays à l’heure actuelle s’affirment passifs ou actifs. En effet, de plus en plus d’hommes homosexuels choisissent, en fonction du partenaire, de la période, ou tout simplement en fonction de leurs envies, de changer de rôle. Pour vous aider à mieux comprendre cette notion de volatilité, nous vous proposons de découvrir quelques chiffres :

  • 25 % des gays sont exclusivement actifs ou passifs : en d’autres termes, seulement 1/4 des homos n’ont jamais changé de rôle au cours de leur vie sexuelle. C’est peu, comparé aux idées reçues qui nous font croire que les gays sont strictement passifs ou actifs ! Dans cette proportion de gays, on retrouve 11 % d’actifs et 14 % de passifs. L’étude IFOP nous montre donc que 75 % de la communauté homosexuelle préfère alterner les deux genres avec leurs partenaires. Parmi eux, 31 % se qualifient de versatiles.
  • 41 % des gays préfèrent être passifs : si la rigidité de genre est un concept qui n’est pas partagé par l’intégralité de la communauté gay, il est toutefois nécessaire de préciser une notion importante. Parmi les gays enclins à changer de rôle au cours de leur vie sexuelle, certains d’entre eux préfèrent être pénétrés. D’ailleurs, 41 % d’hommes homosexuels se disent principalement passifs.
  • 31 % des gays aiment changer de rôle : c’est la part versatile de la communauté, dont nous avons parlé précédemment.
  • 28 % des gays sont majoritairement actifs : ce pourcentage est plus élevé que chez les hétéros curieux, qui sont 46 % à jouer le rôle de pénétrant, plutôt que de pénétrer. En revanche, on retrouve une répartition d’actifs et de passifs similaire chez les bisexuels.

Nous venons de mettre un terme à l’idée reçue la plus populaire dans la communauté hétéro, concernant le rôle actif ou passif dans le sexe gay. Passons maintenant à un autre préjugé tout aussi irritant et surtout, tout aussi erroné.

Les gays passifs ne sont pas toujours repérables au « gaydar »

Il existe une idée reçue, selon laquelle les gays passifs seraient visibles de loin. Comprenez par là que les soi-disant passifs seraient tous de grandes folles perchées sur des hauts talons, habillés en mini-jupe et collants résille. Faut-il vraiment expliquer en quoi ce cliché est absolument faux ? Non, mais nous allons tout de même nous plier à l’exercice.

Tout d’abord, nous avons vu dans ce même article que les notions de passif et d’actif pouvaient être qualifiées de versatiles. De plus, il est plutôt malvenu d’observer les relations homme/homme par le prisme des relations homme/femme, qui voudrait que la personne passive (la personne pénétrée) joue le rôle de la femme. Le sexe gay ne peut être comparé au sexe hétérosexuel, aussi, les gays passifs ne peuvent être comparés à des femmes. À l’inverse, les hommes efféminés ne sont pas forcément passifs, et les Bears virils, musclés et barbus ne sont pas toujours des actifs chevronnés. N’oubliez pas la notion de versatilité, que nous avons mentionnée à plusieurs reprises !

Pour terminer sur ce sujet, n’en déplaisent aux hétéros, le « gaydar » n’est qu’une légende urbaine, et non un sixième sens.

Dans le sexe gay, il n’y a pas que des passifs !

Malheureusement, ce cliché ne provient pas seulement des hétérosexuels, mais bien de la communauté gay ! Or, comme nous l’avons vu précédemment, cette idée reçue est parfaitement fausse ! Pour rappel, seuls 14 % des hommes qui aiment les hommes affirment être 100 % passifs, et parmi les 75 % des hommes dont le rôle change au cours de leur vie sexuelle, 41 % d’entre eux préfèrent être pénétrés, plutôt que pénétrer. Nous sommes donc très loin des 90 % de passifs, comme bon nombre de gays aiment à le croire.

Les passifs ne font rien lors d’un plan cul gay, vraiment ?

Décidément, les passifs font couler beaucoup d’encre, aussi bien dans la communauté gay que chez les hétéros. Après avoir fait l’objet de nombreuses idées reçues concernant leur nombre, après avoir été comparés à des femmes, nous apprenons maintenant qu’ils seraient parfaitement inactifs lors d’une partie de sexe gay. Laissez-nous démonter point par point cet argument !

Si les passifs ont une si mauvaise réputation auprès des hétéros, c’est notamment en raison d’une méconnaissance totale de la sexualité homosexuelle. À toutes les personnes qui pensent que les passifs ne sont que des sex toys pour les homos actifs, nous leur proposons de faire un tour d’horizon des différentes pratiques sexuelles pouvant avoir lieu entre deux hommes : la fellation pour commencer, l’anulingus, le 69, la position du singe, demandant énormément d’énergie, l’Andromaque, le lotus, le cheval renversé, et bien d’autres encore. Toutes ces positions nécessitent de l’engagement et beaucoup d’énergie de la part du passif.

Et vous, quelles sont vos idées reçues concernant les gays passifs ?

Partager.

A pros de l'auteur

5 commentaires

  1. Article ô combien utile et très pertinent. Oui, les clichés (des hétéronormés et aussi hélas des gays) sont insupportables. Que règnent entre nous l’improvisation et l’inventivité… hors rôles, normes, routines et autres carcans. Donc, bravo et MERCI pour cette mise au point bienvenue.

    Une suggestion : à quand un article ici sur les BI… les vrais… les pseudos. .. les mythos… les pédés
    masqués… les simples curieux… etc. Ils envahissent de plus en plus les sites de rencontres gays (bienvenue !) mais leur recherche est assez floue, ambivalente voire trop « typée », obsédés qu’ils sont par la seule sodomie passive, le pseudo l’Eden qu’ils convoitent ingénument !

    EPIKOUROS

  2. Je témoigne de l’expérience vécue avec mon premier compagnon.Le plaisir extrême pour lui c’était de me prendre ,comme il disait.C’était le role qu’il avait choisi sans me demander mon avis.Et même ce n’était pas discutable.Ce rôle d’être pénétré ne me plaisait pas,il ne m’apportait aucun plaisir.Il n’y avait pas que ça dans notre vie sexuelle .Il y avait d’autres réalités où je m’épanouissais.Ce vécu dont je témoigne est peut être marginal et je l’espère;mais je voulais en témoigner

  3. Ah que de débat j ai cette chance d’être dirons nous versatile ou bi soit actif et passif , mais physiologie oblige j ai beaucoup de mal a faire les deux en même temps , en fait si je commence par être passif et endossé ce rôle , alors je le suis vraiment, et pas que passif, je me lache complètement , a en devenir fou ou folle comme vous voudrez. si le rôle actif m échoie je l endosse avec autant de plaisir, avec un seule contrainte bien sur toujours en arrière pensée et c est le même cas dans un couple hétérosexuel tenir, tenir, ne pas jouir jusqu’à satisfaction de mon partenaire , donc en conclusion tout a fait personnelle , mes expériences tout a fait relatives de l homosexualité , je suis marié , me font dire qu’un rôle serait plus facile a jouer que l autre , en tout cas bravo a tous ceux qui sur ce site au ailleurs ne sont pas là que pour pouvoir mater , voir copier quelques photos , et sombrer dans des phantasmes jamais réalisés , qui se termine en lapins et autre sortilége qui ne laisse que le rêve d’un possible rendu impossible par manque de détermination et volonté d’aller au bout de soi même.

Laisser un commentaire