Première fois gay : comment franchir cette étape ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Quelle que soit notre orientation sexuelle, la première fois est toujours une source d’angoisse. La peur de la douleur, la maladresse, mais aussi les complexes liés au corps participent à créer une crainte plus ou moins vive à l’approche de la première relation sexuelle. Pourtant, le sexe est une source de plaisir qui ne devrait éveiller chez vous que de l’excitation et de la hâte. Aussi, il ne doit pas être craint ou faire l’objet d’appréhension. Pour vous aider à bien préparer cette étape cruciale de la vie, nous avons quelques conseils à vous prodiguer. Comment envisager sereinement la première fois gay ? Comment se préparer à une éventuelle pénétration ? Pourquoi le porno n’est pas la vraie vie ? Nous allons répondre à toutes les questions que vous vous posez, autour de la rencontre gay.

La première fois : homo ou hétéro, certaines choses ne changent pas

C’est vrai, peu importe votre orientation sexuelle, la première fois doit avoir lieu dans un cadre sécurisé et sécurisant, avec une personne de confiance et dans le respect du consentement. En guise de piqûre de rappel, revenons sur les indispensables de la première expérience sexuelle, pour partir à la découverte de votre sexualité dans les meilleures conditions possible, et sur de bonnes bases.

  • Prérequis n° 1 : se sentir prêt. La première fois, qu’elle soit gay ou hétéro, ne doit pas avoir lieu sous la pression. En d’autres termes, il ne s’agit en aucun cas d’une compétition, ni d’une obligation ! En effet, pour apprécier pleinement cette expérience, il est essentiel de se sentir prêt et surtout, d’en avoir envie. Rappelons que le consentement est la pierre angulaire de la sexualité.
  • Le choix du partenaire, un paramètre crucial : votre première expérience sexuelle revêt une grande importance pour votre épanouissement et dans la découverte de votre corps. De ce fait, il est essentiel de choisir un partenaire en qui vous avez confiance. Votre amoureux par exemple, ou un homme avec qui vous vous sentez parfaitement à l’aise. Si vous ressentez une gêne à partager votre intimité avec un éventuel partenaire, alors ne franchissez pas le cap.
  • La communication, indispensable pour réussir sa première fois : n’hésitez pas à exprimer vos craintes au partenaire que vous avez choisi pour votre première fois. Expliquez-lui pourquoi cette expérience vous angoisse, quelles sont vos peurs. Ainsi, vous allez vous sentir libéré. D’autre part, si votre partenaire est plus expérimenté, il saura comment faire pour vous mettre à l’aise.

Le porno, ce n’est pas la vraie vie

Trop de personnes ont encore tendance à penser que les films pornographiques sont le reflet de la vraie vie. Et pourtant, les films X sont des œuvres de fiction, qui n’ont pour but que de représenter des fantasmes et de mettre en scène des situations extraordinaires, qui n’arrivent jamais (ou rarement) dans la vie réelle. De ce fait, si vous pensez que votre première fois se déroulera comme dans un film pornographique, oubliez vos idées reçues ! La pratique sexuelle des vraies personnes ne peut pas être comparée avec les scènes des plateaux de tournage.

La pénétration, un passage obligé ?

Voici un point qu’il est essentiel de clarifier : une rencontre gay n’aboutit pas forcément à une pénétration. En effet, il existe énormément d’autres pratiques qui peuvent être envisagées entre deux hommes, sans que la sodomie intervienne comme la fellation. De plus, comme nous l’avons dit précédemment, il est essentiel de communiquer autour de ses envies : si la pénétration vous fait peur, si vous ne souhaitez pas l’expérimenter pour votre première fois, c’est votre droit de la refuser.

À l’inverse, vous avez peut-être envie de tester la sodomie, lors de votre première relation sexuelle. Si c’est votre cas, voici quelques conseils qui pourront vous aider à apprécier cette expérience.

  • Pour qu’une sodomie se déroule du mieux possible, il n’y a qu’un seul pré-requis : être détendu. En effet, pour éviter que les muscles internes ne se contractent et engendrent une douleur, il est essentiel d’être le plus zen possible, et donc de relâcher les sphincters (pour rappel, il s’agit des muscles de l’anus).
  • La lubrification est également indispensable, surtout s’il s’agit de la première fois. Sachez également qu’il est préférable d’en mettre trop que pas assez. Avec suffisamment de lubrifiant, vous limitez efficacement le risque de douleur. Appliquez-le sur le pénis, mais aussi au niveau de l’anus.
  • Au moment de la pénétration, poussez. De cette manière, vous détendez les sphincters et facilitez la pénétration anale.
  • La pratique de la sodomie nécessite évidemment une hygiène irréprochable de la part des deux partenaires. D’autre part, pour être plus en confiance au moment de l’acte, un lavement peut être envisagé environ 45 minutes avant de passer à la pratique.

Dans tous les cas, la sodomie doit être réalisée en douceur, pour éviter une éventuelle déchirure. Là encore, oubliez les films porno et misez plutôt sur la délicatesse, la complicité avec votre partenaire et beaucoup de caresses, notamment pour faciliter le lâcher-prise. Et rappelons que si vous n’en avez pas envie, la sodomie n’est pas un passage obligé. D’autres pratiques peuvent être entreprises, comme la fellation par exemple, la masturbation mutuelle, etc.

Se protéger : indispensable pour une première fois en toute sécurité

Bien sûr, n’importe quelle relation sexuelle nécessite impérativement le port d’un préservatif. Pour rappel, le préservatif est le seul contraceptif à l’heure actuelle protégeant efficacement des IST, c’est-à-dire des infections sexuellement transmissibles. Le préservatif doit être enfilé dans le cadre d’une pénétration, mais aussi d’une fellation et, pour cela, rien de plus simple. Après avoir déballé délicatement le préservatif, posez-le sur le pénis en érection. Pincez le réservoir, afin d’expulser l’air qu’il contient, puis déroulez le préservatif.

Attention : lors d’une relation sexuelle, les IST se transmettent via le liquide séminal, c’est-à-dire le sperme. Vous pensez qu’il vous suffit de vous retirer à temps, pour éviter la contamination ? Eh bien, vous vous trompez ! En effet, tout au long du rapport, le pénis libère de petites quantités de liquide séminal, pouvant contenir la maladie. Nous le répétons, le préservatif est la seule solution pour rester en bonne santé. Pour les personnes SERO négatives pensez à vous renseigner sur la PrEP qui permet
de prévenir la contraction du VIH…

Partager.

A pros de l'auteur

Laisser un commentaire